RÉSUMÉ DU PLAN SÉNÉGAL ÉMERGENT

0

La Directrice des opérations de la Banque Mondiale pour le Sénégal, Mme Vera SONGWE et le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, M. Amadou BA ont procédé ce mardi 23 Septembre 2014 à la signature d’un accord additionnel de financement. D’un montant de 15 milliards de FCFA, il est « destiné à renforcer la transparence dans la gestion et l’utilisation des finances publiques ».

A travers ce financement, il sera la réalisé quatre composantes dont la première est relative au renforcement de la planification et des politiques fiscales. « Cette composante, vise à améliorer les allocations dans les politiques de dépenses, y compris la réduction du potentiel de financement » selon le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan. Elle est censée appuyer les efforts actuels de l’Etat pour aligner le cadre juridique et institutionnel sur les nouvelles directives de l’UEMOA.

La deuxième composante quant à elle porte sur l’amélioration des processus d’exécution budgétaire et de reporting. Il s’agit là pour la Banque mondiale d’appuyer les efforts de l’Etat pour moderniser les processus d’exécution budgétaire en les rendant plus efficaces et plus transparents. Cette composante s’articule autour de trois sous composantes qui sont : le renforcement des processus d’exécution budgétaire, l’amélioration des systèmes d’informations des gestions budgétaires, cela permettra de déterminer les besoins et spécifications fonctionnelles des modules de gestions comptables et budgétaires (ASTER et SIGFIP), de renforcer les systèmes de contrôle interne par une fonction d’audit interne plus opérationnelle et plus efficace.

En ce qui concerne la troisième composante, elle vise le renforcement de la capacité d’audit externe et de contrôle parlementaire. Les actions envisagées à ce niveau concernent la surveillance externe de la gestion des finances publiques en cours de mise en œuvre à travers le renforcement des capacités de la Cour des Comptes et le renforcement de la supervision et du contrôle parlementaire et l’amélioration de l’accès à l’information au public. Enfin la quatrième et dernière composante est relative à l’appui à la gestion du projet. L’objectif visé par cette composante est de réussir une bonne coordination dans la conduite du projet par une gestion financière efficace, un bon système de passation des marchés et un suivi-évaluation performant.

Ces quatre composantes sont des points essentiels sur lesquels doivent reposée toute gestion axée sur les résultats.

Cela entre également en droite ligne avec la vision de Monsieur le Président de la République en matière de développement et cadre avec la politique économique et sociale du pays telle que déclinée dans le Plan Sénégal Emergent.

Ce qui a poussé d’ailleurs Monsieur le Ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Monsieur Amadou BA à alléguer « qu’avec ce nouvel accord, la Banque Mondiale conforte son rôle de partenaire privilégié du Sénégal dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Émergent (PSE) à la conception duquel elle a beaucoup contribué ».

Quant à la Directrice des Opérations de la Banque Mondiale, Mme Vera SONGWE, elle rappellera que « ce projet fera du Sénégal un cas d’étude dans l’Afrique Francophone car permettant d’instaurer une culture axée sur les résultats »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *