Le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et Territoires Frontaliers (PUMA) au chevet des déguerpis de Diakha –Médina

0

Situé à une centaine de kilomètres de la commune de Kédougou, chef-lieu de région, Guémédji était le point de convergence des autorités administratives de la région avec à leur tête le gouverneur de région  en compagnie des membres du comité de pilotage dans le cadre du programme d’urgence PUMA, un programme du gouvernement du Sénégal .

L’objectif est clair, visiter le site devant accueillir nos  concitoyens déguerpis de Diakha Médina, un  village guinéen situé à la frontière sénégalo-guinéenne en vue d’engager rapidement les travaux afin de répondre aux aspirations de ces nombreux fils du Sénégal qui ont accepté revenir au bercail.

A la première étape de la visite le site de recasement, à quelques kilomètres du village de Guémédji, les différents services régionaux concernés ont pu ensemble étudier de manière pratique toutes les stratégies possibles pouvant faciliter le démarrage des travaux, autrement dit du terrassement  à l’installation immédiate de tous les ouvrages envisagés pour rendre le site plus viable.

Du coup, le colonel Abou Thiam, chef de l’état-major et conseiller particulier du Président de la République, président du comité de pilotage a émis l’idée selon laquelle les choses doivent impérativement aller vite ,donc il faut atteindre les 10 hectares de terrassement avant le démarrage effectif des travaux. Cela indique donc que la société minière Iam Gold chargée de ces travaux, n’a pas de temps à perdre  d’autant que l’hivernage s’annonce déjà dans cette partie du pays .

Après la visite du site, destination le village de Guémédji où une foule immense nous attendait à hauteur de l’événement.

La délégation conduite par William Manel, gouverneur de Kédougou a été accueillie par des pas de danse, une manière d’annoncer non seulement la richesse des différentes facettes  culturelles de la zone mais aussi et surtout, d’exprimer leur joie de voir une mission du chef de l’Etat venue s’enquérir de leur situation, avec des propositions concrètes malgré ces nombreuses années d’angoisses vécues de l’autre côté de la frontière.

Ainsi, plusieurs personnes sont intervenues au micro  pour saluer cet acte citoyen du Président de la République traduisant tout son attachement au peuple sénégalais partout où il se trouve. Quant au maire de la commune de Madina Baffé très enthousiaste, en l’occurrence Baba Niakhasso, il a tout d’abord  souhaité la bienvenue à la délégation  avant  d’énumérer les nombreuses difficultés qui ont pour noms manque d’eau, de l’électricité, de salles de classes dignes de ce nom, de postes de santé, de personnel d’encadrement, etc.

Sans oublier l’absence des différents programmes phares du chef l’Etat Macky Sall  dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et de l’emploi pour les jeunes pouvant booster le développement économique de la région.

« Aujourd’hui, les mots me manquent pour véritablement exprimer tout ce que je ressens dans mon cœur à travers  ces nombreux engagements du gouvernement du Sénégal dans le but d’amoindrir les difficultés auxquelles les populations restent souvent confrontées », a laissé entendre le maire de la ville. .
Même son de cloche chez le chef du village qui se dit soucieux de la cohabitation entre ces  populations déguerpies et leurs parents en attendant la fin des travaux au niveau du site de recasement.

Pour rassurer ces populations qui ont du mal à oublier leur souffrance, Moussa Sow, coordonnateur du Programmé d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers  (PUMA) a souligné que ledit programme étant destiné aux zones frontalières, il fallait faire « l’urgence dans l’urgence » C’est-à-dire venir ici à  Guémédji, ce qui est le voeu du Président Macky Sall avec le comité régional de suivi du PUMA et organiser une rencontre ici pour monter aux populations que le chef de l’Etat et le gouvernement ont une pensée pour les zones  frontalières.

« Et nous, en tant que PUMA, réagir et faire ce qu’il faut pour que ces populations puissent disposer d’infrastructures de base ,c’est-à-dire être assistées pour exercer les activités qu’ils faisaient de l’autre côté de la frontière .C’est en fait ce qui explique notre déplacement, en venant jusqu’ici mener cette activité, une manière de vous dire que ça sera la même chose  dans toutes les autres zones ciblées », a-t-il ajouté.

Cette localité sera dotée nous dit le coordonnateur, d’infrastructures de base tels que, le forage, un établissement scolaire, un poste de  santé, de l’électricité avec le système d’électrification au moyen des panneaux solaires, des moulins  pour alléger le travail de ces braves dames, des périmètres maraîchers, un poste frontalier mixte  pour abriter la gendarmerie, la police, la douane et des services des Eaux et Forêts bref,  l’Etat est prêt à réaliser des infrastructures devant accompagner un lotissement qui répond aux normes d’une cité moderne .Donc, il s’agit d’installer le maximum d’infrastructures pour assurer la sécurité des populations à tous les niveaux.

A en croire le coordonnateur, ce site de 10 hectares comprendra 71 parcelles pour 397 personnes dont 32 ménages à loger.

Quant à William Manel, gouverneur de Kédougou à la tête de la délégation et qui n’a pas manqué de rappeler les  réalisations faites par le Président  dans le but d’offrir aux populations un meilleur cadre de vie, il a souligné qu’à Kédougou, l’Etat a beaucoup fait: de l’éducation à la santé en passant par les femmes ,les jeunes et les personnes du troisième âge entre autres  rien n’a été oublié. Par conséquent, chacun doit jouer sa partition afin de faciliter le contrôle.

REACTIONS DES DEGUERPIS   
Malgré cette volonté manifeste de l’Etat du Sénégal de sécuriser ces populations à tout prix,  les déguerpis de Diakha Madina se souviennent encore des  journées sombres, c’est le cas  Moussa Camara la cinquantaine, qui a perdu son fils lors d’une manœuvre de l’armée guinéenne dans la localité.

Selon Camara, profondément traumatisé par la mort de son bébé et qui à tout laissé derrière lui, cette nouvelle localité à naître va l’aider au moins, à se débarrasser de ces mauvais moments de sa vie.
La dame Diarra Camara, quant à elle, ne croit pas pouvoir trouver un milieu favorable à la vie tellement elle avait traversé des moments douloureux dans cette bourgade où elle a tout abandonné malgré elle : bétail, champ, cimetière, lieux de cultes. Diarra affirme qu’en Guinée, c’était de l’enfer pour les femmes sénégalaises. Toutefois, elle dit garder l’espoir avec l’arrivée du PUMA.

Le démarrage effectif des travaux est prévu au début de ce mois d’avril 2017, a laissé entendre le président du Comité du pilotage .

PRESENTATION DU PROGRAMME D’URGENCE DE MODERNISATION DES AXES ET TERRITOIRES FRONTALIERS  (PUMA)

Ce Programme spécial créé par décret présidentiel sera exécuté dans une dynamique de mutualisation des interventions avec le PUDC et le PROMOVILLES.

Il concerne dix régions que sont Kédougou, Ziguinchor, Tamba, Sédhiou, Fatick, Matam, Saint-Louis, Kaolack, Kaffrine, Kolda et a trois composantes fondamentales à savoir :

  1. la sécurité frontalière
  2. le désenclavement routier, fluvial, maritime, téléphonique, numérique, etc.
  3. le développement durable, à travers la réalisation d’infrastructures de base (écoles, structures de santé, électrification, hydraulique) et la promotion d’activités génératrices de revenus.

OBJECTIFS DU PUMA

Objectif général

  • Améliorer les conditions de vie des populations dans les zones et localités frontalières

Objectifs spécifiques

  • Asseoir une meilleure gestion de la coopération transfrontalière
  • Renforcer la citoyenneté dans les zones frontalières
  • Renforcer la sécurité locale
  • Améliorer la mobilité des personnes et des biens
  • Relever le niveau d’accès aux services sociaux de base
  • Amoindrir les disparités entre les zones urbaines et les zones rurales
  • Asseoir une gestion durable des ressources naturelles

Le PUMA c’est l’équité entre les Sénégalais de la ville et ceux des frontières.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *